Investir dans l’immobilier pour sa retraite

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

En matière de retraite, l’immobilier permet de faire coup double. En effet, le fait d’être propriétaire de sa résidence principale permet de ne plus avoir à payer un loyer quand on quitte la vie active, à un moment où les revenus diminuent.

De plus, investir dans l’immobilier locatif, directement ou à travers des supports spécialisés comme les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), permet de générer des ressources complémentaires (loyers encaissés). Tour d'horizon des solutions pour investir dans l'immobilier à l'aube de la retraite.

Améliorer sa retraite grâce à l’immobilier : l’investissement locatif

Pour arrondir sa retraite grâce à la pierre, un investisseur dispose de 3 grandes solutions, l’investissement locatif, la pierre papier (SCPI) et le viager.

Bien connu, le mécanisme de l'investissement locatif consiste à acheter un bien immobilier (neuf ou ancien) destiné à la location, et d’encaisser des loyers qui viennent grossir le montant d’une pension de retraite.

En France, c’est l'indice de référence des loyers (IRL) qui sert de base pour réviser le loyer d'un logement (vide ou meublé). Cet indice est calculé à partir de la moyenne, sur les 12 derniers mois, de l'évolution des prix à la consommation, hors tabac et hors loyers.

En pratique, le nouveau loyer est obtenu comme suit :

Loyer en cours × nouvel IRL du trimestre de référence du contrat ÷ IRL du même trimestre de l'année précédente = nouveau loyer

Dans Paris, du fait de l’encadrement des loyers et de la hausse des prix, le rendement sur lequel un propriétaire peut tabler franchit rarement le seuil des 3 %. Par contre, il peut doubler en province.

Un bien peut être loué vide ou meublé. La location meublée permet de fixer un bail court, avec un minimum d'un an.

Avec le régime du micro-BIC, applicable si les loyers ne dépassent pas 72 500 € par an (70 000 € en 2019), le revenu net imposable est calculé après un abattement forfaitaire pour frais de 50 %. Le solde est taxé à l’impôt sur le revenu.

Dans le cas d’un bien loué vide, si le retraité est imposé selon le régime du micro-foncier (loyers n’excédant pas 15 000 € par an), les revenus font l’objet d’un abattement forfaitaire de 30 % pour frais. Le solde est taxé à l’impôt sur le revenu.

Investir dans l'immobilier pour sa retraite : la pierre papier (SCPI)

Un investissement immobilier direct nécessite une mise de fonds importante et un minimum de gestion de la part du propriétaire. Les sociétés civiles de placements immobiliers (SCPI) permettent d’obtenir un complément de retraite régulier en annulant ces 2 contraintes.

Principe et avantages des SCPI

Ces véhicules d'investissement collectent des fonds auprès d'épargnants avec lesquels elles achètent différents types de biens, bureaux, commerces, entrepôts, logements, etc. Les loyers encaissés sont ensuite redistribués aux porteurs de parts sous forme de versements trimestriels.

Inconvénient des SCPI

Si les SCPI ont pour avantage de soulager le porteur de parts de toute contrainte de gestion, elles présentent en revanche l’inconvénient d’être assorties de frais assez lourds. Ils vont de 5 à 10 % pour les frais de souscription, et montent à + ou - 5 % pour le frais de gestion annuels.

Les parts de SCPI doivent donc être conservées sur le long terme pour que les revenus permettent d’absorber leurs frais d’achat.

Fiscalité des SCPI

Fiscalement, les SCPI sont transparentes. En d’autres termes, les revenus qu’elle versent aux porteurs sont taxés directement comme des revenus fonciers sur la base du barème de l'impôt sur le revenu (+ 17,20 % de prélèvements sociaux).

Cette transparence s’applique aussi aux plus-values tirées de la revente des parts. Il faut attendre 22 ans de détention pour y échapper totalement (30 ans pour les prélèvements sociaux).

Améliorer sa retraite grâce à l’immobilier : le viager

Être propriétaire de son logement ne permet pas seulement d’économiser des loyers, mais aussi de disposer d’un actif qui peut être cédé ou mis en viager en cas de difficultés financières durant la retraite.

Le viager consiste à transformer la totalité ou une partie du prix de vente d'un bien en une rente annuelle qui ne prend fin qu'au décès de celui qui la perçoit.

Pour le vendeur, l’opération comporte 2 étapes financières. D'abord le versement d’un « bouquet » (capital) versé le jour de la vente et correspondant à une somme déterminée entre les 2 parties. Ensuite, le versement d’une rente viagère aussi longtemps qu’il reste en vie. 

Retraite

Retraite : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Les différentes caisses et les revenus complémentaires
Télécharger Mon Guide

Aussi dans la rubrique :

Placements individuels

Sommaire

Investir dans l’immobilier

Investir dans l’immobilier pour sa retraite
Voir 1 article de plus

souscrire une assurance vie

Assurance-vie pour préparer la retraite

Souscrire un contrat Madelin retraite

Contrat Madelin Demande d’attestation « Loi Madelin »

Ouvrir un PERP (principes, optimisation)

PERP

Ces pros peuvent vous aider