Pension de réversion conjoint survivant

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2018

Sommaire

  • Pension de réversion : qui peut la percevoir ?
  • Montant de la pension de réversion

Le conjoint survivant d'un salarié décédé, peut toucher la retraite que ce salarié percevait ou aurait pu percevoir. C'est la pension de réversion du conjoint survivant. Le point dans la suite de notre article.

Pension de réversion : qui peut la percevoir ?

Pour percevoir la pension de réversion de conjoint survivant, il faut cumuler les conditions suivantes :

  • être le conjoint du salarié décédé, ou avoir été son conjoint : les concubins et les pacsés n'ont donc pas droit à la pension de réversion de conjoint survivant, celle-ci est réservée aux personnes mariées ;
  • en principe, avoir au moins 55 ans ;
  • le salarié décédé percevait ou pouvait percevoir une retraite du régime général ;
  • les ressources annuelles du conjoint survivant ne doivent pas dépasser certains plafonds, en 2018 :
    • 20 550,40 € pour une personne seule ;
    • 32 880,64 € pour une personne vivant en couple.

Montant de la pension de réversion

La pension de réversion du conjoint survivant est égale à 54 % de la retraite que le salarié décédé percevait ou aurait pu percevoir.

Pension de réversion : minimum et maximum

La pension de réversion du conjoint survivant est comprise entre un minimum et un maximum :

  • La pension de réversion ne doit pas dépasser 882,63 € par mois ou 10 591,56 € par an.
  • Si le salarié décédé avait au moins 60 trimestres de cotisations et ne percevait pas sa retraite sous forme de versement unique, la pension de réversion doit être d'au moins 286,14 € par mois ou 3 433,72 € par an.
  • Si le salarié décédé avait moins de 60 trimestres de cotisations, la pension de réversion est réduite proportionnellement.

Dépassement du plafond de ressources

Si le total des ressources du conjoint survivant et de sa pension de réversion hors majorations pour enfants, dépasse le plafond de ressources, la pension de réversion est réduite d'autant.

Par exemple, si ce total annuel dépasse le plafond annuel de 1 000 €, la pension de réversion est réduite de 1 000 € par an.

Pension de réversion : majorations

Certaines situations donnent droit à une majoration de la pension de réversion :

  • Majoration de 10 % si le conjoint survivant a eu ou a élevé au moins trois enfants.
  • Majoration forfaitaire pour enfant à charge :
    • 96,30 € par enfant à charge et par mois ;
    • à condition que le conjoint survivant ne soit pas personnellement titulaire d'une retraite d'un régime de base obligatoire ;
    • et à condition aussi que le conjoint survivant n'ait pas atteint l'âge de la retraite au taux plein.
  • Majoration de 11,1 % pour âge, si les conditions suivantes sont réunies :
    • le conjoint survivant doit avoir atteint l'âge de la retraite au taux plein ;
    • il doit avoir fait valoir tous ses droits à retraite ;
    • le total de ses retraites ne doit pas dépasser 860,08 € par mois.

Pension de réversion : le partage entre les différents conjoints

Il se peut que le salarié décédé ait eu plusieurs conjoints (cas de divorce et remariage, par exemple). Dans ce cas, la pension de réversion doit être partagée entre toutes les personnes qui ont été les conjoints du salarié décédé et qui remplissent les conditions pour percevoir la pension de réversion.

Chaque ancien conjoint doit percevoir une part de la pension de réversion proportionnelle à la durée de son mariage avec le salarié décédé.

On calcule la durée totale des mariages du salarié décédé. Puis, on calcule le pourcentage que la durée de chaque mariage représente par rapport à la durée totale des mariages.

Pour aller plus loin :

Retraite : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Les différentes caisses et les revenus complémentaires
Télécharger mon guide
Retraite

Aussi dans la rubrique :

Règles communes

Sommaire